La recherche est une responsabilité collective

Tara Slone, Toronto
herosducancer

Le grand-père de Tara Slone, nominée aux prix Juno et présentatrice de l’émission télé Hockey d’ici de Rogers, est décédé lorsqu’elle n’avait que sept ans. Terry Fox et les autres héros du cancer qui ont malheureusement succombé l’ont également marqué.

« Enfant, le cancer et la mort étaient synonymes pour moi. Je ne me souviens pas de beaucoup de personnes ayant survécu au cancer, dans ma tête, il s’agissait d’ un arrêt de mort tout simplement. »

Un Canadien sur deux recevra un diagnostic de cancer au cours de sa vie et Tara en est d’autant plus consciente depuis quelques années. Ses expériences personnelles témoignent de la présence du cancer dans nos vies et jusqu’à quel point cette maladie affecte nos proches.

« La chose la plus effrayante avec le cancer c’est son inévitabilité. Quand je pense à mon avenir et à celui des gens qui m’entourent, la question n’est pas de savoir si nos familles seront affectées par le cancer, mais plutôt de savoir quand. En réalité, de plus en plus d’entre nous vont survivre au cancer, mais ce chiffre n’est toujours pas là où on voudrait qu’il soit. C’est terrifiant de penser que dans une famille de quatre personnes, la moitié en seront atteintes. »

L’une de ses expériences les plus marquantes en lien avec cette maladie est lorsqu’un de ses amis a succombé au cancer en 2019. David « DK » Kelley était le directeur des équipements des Sea Dogs de St John et un personnage notoire dans le monde du hockey. Il n’avait que 40 ans lorsqu’il est décédé suite à une longue bataille en raison d’une forme rare du cancer de la thyroïde.

« DK est devenu ami pour Ron MacLean et moi et il s’est toujours surpassé pour nous rendre visite même lorsqu’il était gravement malade. Sa copine Dominique et lui ont fait le voyage pour venir nous voir lorsque notre émission est passée par Moncton. C’était seulement quelques mois avant qu’il ne décède. C’était quelqu’un qui ne voulait pas dépérir coincé au lit. Il voulait prendre le taureau par les cornes et profiter de chaque instant qui lui était donné, et ce, jusqu’à qu’il ne puisse plus le faire. C’était un vrai héros du cancer, il est resté positif jusqu’à la toute fin. »

Recevoir un diagnostic de cancer n’est pas seulement une bataille physique, c’est aussi une série de difficultés psychologiques à surmonter autant pour les patients que pour leurs proches. D’avoir fait la connaissance de DK et d’avoir été témoin de sa résilience et de sa joie de vivre l’ont aidé lorsque sa mère a reçu un diagnostic de cancer du côlon en 2019.

« Ma sœur et moi avons toutes les deux pris l’avion pour retrouver ma mère juste avant son opération. C’était une expérience incroyablement stressante et difficile. C’est beaucoup d’émotions et on ne peut pas s’empêcher de penser au pire. La santé mentale prend un grand coup et en l’espace d’un instant on passe d’une sœur, d’un parent, ou d’une fille à un soignant. »

Pour elle, confronter le « grand C » c’est d’être constamment dans l’attente que le pire puisse arriver. Le cancer ne prend pas de pause et Tara sait que la recherche joue un rôle essentiel. Elle s’entête à mobiliser tout son entourage à soutenir la recherche vitale sur le cancer.

« Je pense qu’on est tous exténués en ce moment. On est bombardés de tous les côtés et certains messages critiques se retrouvent perdus dans la foulée. La COVID-19 affecte beaucoup de personnes et notamment au niveau financier pour certains. La recherche sur le cancer se retrouve un peu à l’arrière-plan de nos priorités en ce moment. C’est facile pour les gens de prendre ça pour acquis et de ne pas voir les percées qui ont été rendues possibles grâce à la recherche. J’adore le langage utilisé depuis le début de la pandémie : le cancer ne prend pas de pause. Nous, on est peut-être tous exténués, mais le cancer lui fonce tête baissée. On ne peut pas se laisser prendre au dépourvu. »

Les héros du cancer, jour après jour, il y en a de toutes les sortes.

« Ce n’est pas uniquement l’histoire de la vedette qui a survécu au cancer. C’est toi, moi, ton voisin, ta gardienne, ton prof, tes enfants… Ce sont ceux qui se sont battus et qui ont triomphé, ceux qui se sont battus et qui ont succombé et aussi ceux qui continuent de se battre pour les autres. Je pense que c’est une partie importante de la signification d’être un héros. Il y a beaucoup de personnes qui se consacrent corps et âme à la recherche et au soutien. »

Si, comme Tara, vous souhaitez démontrer le pouvoir des héros du cancer, jour après jour, prenez le temps de faire un don à la Société de recherche sur le cancer.

Témoignages connexes

La portée que peut avoir un don

Marie-Élise, Montréal
herosducancerRecherche

Marie-Élise Parent est chercheure à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), classée première université au Canada en 2018-2019 pour son intensité de recherche. Elle est l’une des épidémiologistes les plus reconnues au monde qui étudie le lien entre les facteurs environnementaux et le cancer de la prostate. Elle a découvert sa vocation dans les … Lire la suite

Comment bâtir un avenir meilleur

Nadine Renaud-Tinker, Montréal
herosducancer

La résilience et la détermination combinées à son sens des affaires et à son désir de faire une différence caractérisent très bien Nadine Renaud-Tinker. La Présidente de RBC Banque Royale au Québec soutient depuis de nombreuses années la Société de recherche sur le cancer, en particulier en présidant l’événement signature de la Société, le BBQ … Lire la suite