Déjouer le cancer à leur manière

Les soeurs Passchier,
Recherche

Elles ont contribué à déjouer le cancer un pas à la fois

“Il y a encore tellement à apprendre sur le cancer, et les traitements et ce que l’on peut faire pour les gens. Notre mère a pu rester avec nous pour onze ans de plus grâce à la recherche sur le cancer.”

Catelyn, Michelle, April et Cassandra Passchier savent mieux que quiconque qu’il n’y aura jamais assez de temps lorsqu’il s’agit de nos proches, puisqu’elles ont perdu leur mère aux suites d’un cancer en 2006.

Elles savaient que la recherche pouvait avoir un réel impact sur la vie des gens alors elles ont décidé en 2011 de faire honneur à leur mère en collectant des fonds pour la recherche sur le cancer.

Pendant près de 5 ans elles ont participé chaque année à des courses et autres initiatives de collecte de fonds, mais elles se sont rendues compte qu’avec le soutien immense qu’elles recevaient de leurs amis et des proches, elles avaient la capacité d’en faire encore plus et d’avoir plus de contrôle sur la façon dont ces fonds sont investis.

“On se rendait à une Course à la Vie, on finirait la journée et puis c’était tout, on l’aurait plus à l’esprit jusqu’à l’année suivante. Et on s’est dit: ‘Non! Mettons la main à la pâte!’ Pas simplement parce que les gens nous soutiennent depuis le décès de notre mère mais parce que nous croyons dans la recherche. Nous soutenons dans la cause, mais sachons pourquoi nous la soutenons.”

La Société de recherche sur le cancer leur a proposé le défi d’amasser 60,000 $ en quatre ans et en échange d’égaliser cette somme afin de permettre de financer une bourse de fonctionnement complète pour un scientifique dans le domaine d’études de leur choix. 

“On s’est dit: ‘C’est génial! Le coût est de zéro, donc tout ce que nous faisons, 100% de chaque dollar peut aller directement à la recherche. C’était l’une des choses qui nous importait beaucoup, que tout irait directement à la cause.’.”

C’est comme ça que les soeurs Passchier ont créé leur événement “Walk 4 A Cure”.

Elles en ont fait un événement annuel de 2012 à 2016 et avec le soutien de leur entourage ont également pu organiser d’autres événements tels que des tournois de ballon chasseur ou encore des séances photos pour des calendriers. Grâce à leur dévouement elles ont pu non seulement atteindre leur but, mais le surpasser en amassant un total de 65,300 $ pour la recherche sur le cancer en quatre ans.

Michelle, l’aînée, a ensuite entrepris de trouver le domaine dans lequel les soeurs voudraient que les sous soient investis et elles ont décidé ensemble que la nutrigénomique: l’étude de la relation entre la nutrition, la santé et le génome humain, serait le choix idéal.

“Il y a un grand rapport avec ce que l’on met dans notre corps et l’expression de nos gènes. C’était quelque chose qu’on ressentait était lié à ce que nous pouvons faire pour nous-mêmes en tant qu’individus.”

Le fonds commémoratif Isaiah 40:31, nommé ainsi car c’était le verset de la Bible préféré de leur mère, a été ajouté aux subventions de fonctionnement disponibles de cette année là et le travail de Michael Wilson, Ph.D. a été choisi par le panel d’experts de la Société de recherche sur le cancer afin d’en être le récipiendaire.

Les soeurs Passchier ont non seulement réussi à subventionner avec succès de la recherche qui ne l’aurait pas été autrement, mais elles ont aussi pu nouer un lien personnel avec le chercheur dont elles ont financé le travail. En 2018, elles ont même pu visiter son labo à l’hôpital Sick Kids à Toronto.

“C’est assez chouette de pouvoir être directement engagé. Aucune d’entre nous ne sommes vraiment associées aux domaines scientifiques alors c’était tellement cool de voir ce qu’ils font au jour le jour. Tout devient plus réel. Ce n’est pas comme si on avait simplement fait un don et c’est tout; les chercheurs font réellement un travail et leurs recherches ont été publiées et ils ont fait des progrès.”

Il y a beaucoup de façons de s’impliquer avec la Société de recherche sur le cancer. Entre créer sa propre collecte de fonds, faire du volontariat avec nous, ou même devenir un donateur mensuel. Chaque dollar nous aide à financer des recherches prometteuses qui donnent plus de temps à ceux que l’on aime.

“Il y a toujours des progrès et tout ce qui peut être appris sur le cancer, ou comment le traiter ou le prévenir est important et peut faire toute la différence dans la vie de quelqu’un. C’est important de continuer à s’éduquer, même ceux d’entre nous qui ne sommes pas chercheurs, simplement pour comprendre ce que nous pouvons faire pour rester en bonne santé. Les gens ne savent tout simplement pas tout ce qui se passe et tous les petits progrès qui avancent, alors pour nous, le fait d’avoir été impliqué dans une bourse et de recevoir les mises à jour, on voit vraiment qu’on est toujours en train d’apprendre de nouvelles choses et qu’il a réellement un progrès dans la recherche.”

Témoignages connexes

Il ne reste personne au Canada qui n’a pas été touché par le cancer.

Vikki Ho,
Recherche

“La recherche est fondamentale. C’est tellement important de pouvoir comprendre comment prévenir l’apparition d’une maladie dès le départ nous permettra à nous et nos proches, de vivres de longues vies en bonne santé.” Vikki Ho, professeure à l’Université de Montréal, est récipiendaire de la bourse salariale GRePEC de la Société de recherche sur le cancer. … Lire la suite