Les chercheurs derrière la recherche

2021, Canada
Recherche

Depuis la création de la Société de recherche sur le cancer, ce sont des milliers de chercheurs qui ont obtenu une subvention ou une bourse pour un projet de recherche sur le cancer.  

Pour ces chercheurs, l’impact de ce fonds est immense et ses répercussions s’avèrent positives pour de nombreuses années, à la fois en raison des percées réalisées au fil du temps, mais aussi par les carrières qui en sont propulsées.  

Nous sommes très fiers, à la Société, de soutenir ces chercheurs qui consacrent leur quotidien à la recherche sur le cancer. Nous souhaitons d’ailleurs vous en présenter quelques-uns. 


Joshua Moreau
Stagiaire postdoctoral
University of California (San Francisco)
Récipiendaire de la Bourse pour la relève scientifique 2021

« Nous devons financer des projets de recherche innovants et audacieux qui mèneront à des percées si on souhaite révolutionner le traitement du cancer » 

Selon Joshua, les traitements d’immunothérapies ont révolutionné le traitement du cancer, mais ces approches échouent encore pour de nombreux patients. Il espère dans le cadre de sa recherche, contribuer à accélérer le développement d’immunothérapies de la prochaine génération.   

Zone de texte

Très reconnaissant de recevoir cette bourse, cette dernière représente un réel tremplin pour lui. La bourse lui permettra concrètement de développer des outils innovants pour comprendre l’immunologie du cancer.  

Ce chercheur très inspirant a de grandes ambitions pour la recherche sur le cancer : « Nous sommes actuellement dans une période exceptionnellement passionnante de la recherche biologique, car les technologies qui se développent rapidement permettent désormais un regard multidimensionnel sans précédent et extraordinaire sur la façon dont les cellules et les tissus humains interagissent et fonctionnent ». 


Yvonne Myal
Professeure University of Manitoba (Manitoba)
Récipiendaire d’une subvention de fonctionnement 2021, financé en partenariat avec les Instituts de recherche en santé du Canada – Institut du cancer

Le cancer du sein triple négatif (TNBC) est le type de cancer du sein qui entraine le taux de mortalité le plus élevé; il est agressif et ne répond pas aux thérapies actuelles.  

Zone de texte

Des études préliminaires suggèrent que la protéine inductible par la prolactine (PIP) pourrait jouer un rôle important dans les métastases pulmonaires du TNBC. Dans le cadre de son projet de recherche, Yvonne espère mieux comprendre le mécanisme des métastases pulmonaires dans ce type de cancer.  

Le financement offert par la Société de recherche sur le cancer est essentiel pour soutenir des projets comme celui d’Yvonne.  

« J’espère que des recherches comme la nôtre permettront de développer de nouvelles stratégies thérapeutiques en vue d’améliorer l’espérance et la qualité de la vie des femmes diagnostiquées avec un TNBC, mais également de celles atteintes d’autres cancers du sein agressifs et difficiles à traiter. » 


Gregor Reid
Professeur agrégé
University of British Columbia (British Columbia)
Récipiendaire d’une subvention de fonctionnement 2021

Le soutien financier de la Société arrive à point pour Gregor Reid dont le projet de recherche est à un stade critique !  

Ayant comme objectif de réduire la rechute chez les enfants atteints de leucémie, le chercheur et son équipe comptent identifier les cellules à l’origine des rechutes de manière précoce. Ces cellules seraient présentes au moment du diagnostic initial, mais en très petit nombre.  

Zone de texte

Les premiers résultats sont très prometteurs, mais plusieurs études clés doivent être menées pour s’assurer que nous identifions les cellules leucémiques à l’origine des rechutes dans les échantillons de patients.  

La subvention de la Société permettra concrètement de compléter les expériences pour le confirmer. 


C:\Users\cpaquette\AppData\Local\Microsoft\Windows\INetCache\Content.Word\Mueller_Christopher_photo credit Sally Milne.jpg
Christopher Mueller
Professeur Queen’s University (Ontario)
Récipiendaire d’une subvention de fonctionnement 2021, financé en partenariat avec Fonds Helen Lenore Bailey

Le cancer du poumon est responsable du plus grand nombre de décès par cancer puisqu’il est souvent diagnostiqué tardivement et les traitements ne sont pas efficaces.  

Une nouvelle forme de thérapie qui utilise le système immunitaire de la personne devient de plus en plus efficace. Le problème est qu’il est très difficile de dire quels patients répondront à ce traitement et qui ne le feront pas et pour qui il pourrait s’avérer toxique.  

Zone de texte

Le projet de recherche de Christopher permettra de développer un test sanguin pour déterminer si cette thérapie agira sur le patient et également comment elle fonctionnera.  

Bien que le projet porte sur le cancer du poumon, il pourra s’appliquer à tout cancer pour lequel l’immunothérapie est utilisée, en particulier le mélanome, mais également à d’autres formes de cancer. 


Maya Shmulevitz
Professeure agrégée University of Alberta (Alberta)
Récipiendaire d’une subvention de fonctionnement 2021, financé en partenariat avec les Instituts de recherche en santé du Canada – Institut du cancer

Initialement, la formation de cette chercheuse l’amenait à une carrière en biochimie et en virologie. Cependant, elle est rapidement devenue fascinée par la possibilité d’utiliser ses connaissances dans ces deux domaines pour développer des traitements pour le cancer.  

« Mon laboratoire explore les virus comme thérapie potentielle pour le cancer du sein. »  

Plus précisément, Maya et son équipe se concentrent sur un virus appelé réovirus qui démontre déjà une certaine activité dans les essais cliniques, le tout de façon sécuritaire pour le patient. Cependant, pour fonctionner il faut augmenter la puissance du virus et faire des tests supplémentaires. 

Plus précisément, Maya et son équipe se concentrent sur un virus appelé réovirus qui démontre déjà une certaine activité dans les essais cliniques, le tout de façon sécuritaire pour le patient. Cependant, pour fonctionner il faut augmenter la puissance du virus et faire des tests supplémentaires. 

Zone de texte

La subvention octroyée à cette chercheuse lui permettra d’approfondir ce projet de recherche. Plus précisément, les fonds lui ont permis de recruter un étudiant diplômé qualifié pour l’assister et de garantir le poste d’une technicienne dans l’équipe. Ensemble, ils pourront procéder aux tests nécessaires.  

La Société reçoit des centaines de demandes, chaque année, de chercheurs et de cliniciens au Canada afin d’obtenir une subvention pour un projet de recherche sur le cancer ou une bourse pour la relève scientifique.  

La liste complète des chercheurs sélectionnés pour le concours 2021 est disponible sur le site de la Société

Témoignages connexes

Concours 100 ans de recherche

Dr Mark Basik & Dr Morag , Canada
Recherche

2 chercheurs reçoivent 500 000$ et s’attaquent au cancer du sein métastatique La Société de recherche sur le cancer (la Société) et la Fondation cancer du sein du Québec (la Fondation) ont lancé conjointement le concours « 100 ans de recherche » à l’automne 2020. Les deux (2) chercheurs qui recevront 500 000$ chacun pour … Lire la suite

La portée que peut avoir un don

Marie-Élise, Montréal
herosducancerRecherche

Marie-Élise Parent est chercheure à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), classée première université au Canada en 2018-2019 pour son intensité de recherche. Elle est l’une des épidémiologistes les plus reconnues au monde qui étudie le lien entre les facteurs environnementaux et le cancer de la prostate. Elle a découvert sa vocation dans les … Lire la suite