En 1945, Betty Caplan a révolutionné la recherche sur le cancer au Canada

Betty Caplan,
RechercheRémission

« N’oubliez pas qu’en participant à la lutte contre le cancer, vous aidez à combattre un ennemi commun. » – Betty Caplan, première présidente et fondatrice de la Société de recherche sur le cancer

En 1945, 12 amies se sont réunies autour d’une idée commune : faire ce qu’elles pouvaient pour contribuer à vaincre le cancer. Se rencontrant d’abord dans leurs domiciles, elles ont décidé que la meilleure façon de contribuer était de recueillir des fonds pour la recherche sur le cancer. Chacune d’entre elles avait été touchée par le cancer ou avait vu les conséquences dévastatrices de la maladie sur ses proches. Betty Caplan, qui avait perdu sa mère à la suite d’un cancer, était à la tête de ce groupe. Ensemble, elles décidèrent de fonder la Société de recherche sur le cancer. 

Sous la direction de Betty, la Société de recherche sur le cancer s’est développée. À ses débuts, la Société était une association mutuelle à laquelle les membres, issus des quatre coins du Québec, versaient une cotisation annuelle de 2,00 $. Grâce aux activités de collecte de fonds de ses membres, la Société de recherche sur le cancer a pu accorder quatre bourses de recherche de 600 $ chacune (d’une valeur d’environ 35 686 $ en 2020) moins d’un an après sa création. Par la suite, le succès de la Société et son impact ont considérablement augmenté. 

Betty Caplan avec Solomon Ullman, 1950

La mission de Betty Caplan et de ses amies – découvrir un moyen de vaincre le cancer en accordant des bourses à des chercheurs méritants – a très vite attiré l’attention de professionnels de la santé respectés. Ils ont ainsi établi le premier Conseil médical consultatif de la Société de recherche sur le cancer, composé d’un groupe de médecins chargés de sélectionner les chercheurs auxquels ils attribueraient des bourses et des subventions. 

En 1948, trois ans après sa création, la Société de recherche sur le cancer comptait plus de 100 unités membres – chacune d’entre elles étant impliquée dans des activités créatives de collecte de fonds, comme des fêtes nuptiales, des danses, des galas, des parties de cartes et même des défilés de mode. Grâce à ce dévouement, 39 500 $ (équivalent à environ 482 500 $ en 2020) ont été octroyés sous forme de bourses afin de soutenir des projets de recherche sur le cancer menés par l’hôpital Royal Victoria, l’Université McGill et l’Université de Montréal, parmi d’autres. 

Cependant, la motivation de Betty Caplan et de ses amies ne s’est pas arrêtée là. Leur passion pour cette cause a permis de mobiliser des célébrités, des artistes et des athlètes comme Danny Kaye, Ellen Ballon et les Royaux de Montréal, qui ont participé à des événements caritatifs afin de recueillir des fonds pour la recherche sur le cancer.

Betty Caplan avec le professeur Quastel

Des années plus tard, lorsqu’on a demandé à la fille de Betty Caplan, Karen Altfest, ce qui avait contribué au succès de sa mère, elle a répondu :

« Ma mère avait une vingtaine d’années quand elle a créé la Société. Lorsqu’on a la vingtaine, on ne se demande pas si on est capable de faire un discours en public ou de collecter des fonds. On le fait tout simplement. Je pense que c’est en partie cela et en partie sa détermination. Ma mère a toujours eu une détermination à toute épreuve, et elle était déterminée à aller jusqu’au bout. » 

Betty Caplan a été la présidente de la Société de recherche sur le cancer pendant près de 10 ans, de sa création en 1945, jusqu’en 1954. Pendant cette période, elle a lancé un véritable mouvement et rassemblé autour d’elle des gens qui souhaitaient vaincre le cancer. Grâce à ses efforts, de nombreux projets de recherche ont été financés, ce qui a permis de réaliser des percées qui ont fait progresser la prévention, la détection et le traitement du cancer et qui sauvent d’innombrables vies aujourd’hui. 

Dans le discours de Betty Caplan de 1948, elle a déclaré :

« Je pense que nos membres ont toutes les raisons d’être fiers de ce que nous avons accompli. Non seulement avons-nous soutenu la recherche sur le cancer au Québec, mais nous avons aussi contribué à sensibiliser le public sur le fait que le cancer, pour être vaincu, doit être combattu. Et la seule manière de le combattre est par la recherche. »

La conviction de Betty Caplan selon laquelle la recherche est notre meilleur espoir pour déjouer le cancer est au cœur de la mission de la Société. Aujourd’hui, nous nous souvenons de Betty Caplan comme d’une visionnaire qui a révolutionné la recherche sur le cancer au Canada. En 1974, sa contribution fut reconnue lorsqu’elle s’est vue décerner par la Ville de Montréal le prix prestigieux du « Outstanding Citizen Award ». 

En savoir plus sur notre cause

Témoignages connexes

Déjouer le cancer à leur manière

Les soeurs Passchier,
Recherche

Elles ont contribué à déjouer le cancer un pas à la fois “Il y a encore tellement à apprendre sur le cancer, et les traitements et ce que l’on peut faire pour les gens. Notre mère a pu rester avec nous pour onze ans de plus grâce à la recherche sur le cancer.” Catelyn, Michelle, … Lire la suite

Il ne reste personne au Canada qui n’a pas été touché par le cancer.

Vikki Ho,
Recherche

“La recherche est fondamentale. C’est tellement important de pouvoir comprendre comment prévenir l’apparition d’une maladie dès le départ nous permettra à nous et nos proches, de vivres de longues vies en bonne santé.” Vikki Ho, professeure à l’Université de Montréal, est récipiendaire de la bourse salariale GRePEC de la Société de recherche sur le cancer. … Lire la suite