Nous avons besoin d’amener plus d’espoir à plus de gens.

Shirley Hesje, Victoria
Read for the cure

“Lorsque vous recevez un diagnostic de cancer, cela peut vite devenir sombre. La recherche procure cette lueur d’espoir. Nous avons besoin d’accroître cette lueur.
Nous avons besoin d’amener plus d’espoir à plus de gens.”

Shirley Hesje est une survivante de cancer du sein, qui a élevé deux enfants et a été enseignante de maternelle jusqu’à sa retraite. Elle a participé à son premier Read for the Cure et a immédiatement été inspirée. C’est la co-fondatrice du comité Read for the Cure de Victoria, en Colombie-Britannique.

“Quelle merveilleuse idée que de soutenir quelque chose comme la recherche sur le cancer et entendre les histoires de trois auteurs! Je me souviens d’avoir eu la sensation de faire quelque chose de bien tout en profitant d’une activité que l’on adorait: la lecture! C’est une combinaison gagnante.”

Après son déménagement à Victoria en 2012, Shirley a rapidement fait l’état des lieux sur tout ce qui s’apparente à sa passion pour la lecture. Elle a vite découvert les meilleures librairies indépendantes, les expositions d’auteurs, les clubs de lecture et les bibliothèques phares de la région. Pendant ce temps, elle a continué de recevoir des courriels Read for the Cure l’informant des nombreux événements qui se tenaient à travers le Canada. Elle se disait “mais oui, j’aimerais bien acheter un billet, mais ici à Victoria!”

“La ville de Victoria a une grande population de retraités et parmi les choses qui accompagnent la retraite il y a le vieillissement et les problèmes de santé. De savoir que près de 50% de la population Canadienne va bientôt vivre avec le cancer, cela m’a frappé de plein fouet: nous avons besoin d’un Read for the cure ici.”

En 2020, après de nombreuses années de travail et de dévouement, Shirley et les membres de son comité local, Diana Dempsey, Patricia Tatlow, Corinne Whelan et Lynne Woodruff ont enfin pu organiser la première édition de Read for the Cure Victoria. Elle se sentait particulièrement motivée à prendre action puisque l’une de ses amies proches avait reçu un diagnostic de cancer en 2006.

“Cette femme merveilleuse est toujours avec nous aujourd’hui puisqu’elle a pu bénéficier de la recherche sur le cancer. Je pense que nous avons besoin de ces âmes précieuses qui consacrent leur vie à contribuer à faire avancer les percées scientifiques grâce à leur volonté de croire en la recherche et les nouveaux traitements.”

Ayant reçu elle-même un diagnostic de cancer en 2000 lorsqu’elle vivait loin de sa famille à Singapour, elle se souvient d’avoir été marquée par ce moment où elle s’est retrouvée assise en face d’une grande affiche qui décrivait les avancées de la médecine Canadienne dans le domaine de la recherche sur le cancer. Elle se souvient d’avoir alors associé la recherche sur le cancer avec la notion d’être quelque chose de digne.

“Il y a plus de 200 types de cancer et lorsqu’on pense aux types de projets que la Société de recherche sur le cancer finance, le mot digne refait invariablement surface. Le financement de la recherche est digne. Read for the cure est digne. Je n’arrête pas de graviter autour de ce mot.”

Lors de son retour à Calgary aux suites de son opération et de sa radiothérapie à Singapour, elle a été accueillie à bras ouverts par la clinique de cancer Tom Baker, où elle a rejoint un groupe de femmes ayant elles aussi reçues un diagnostic de cancer du sein. Le groupe lui a offert un soutien immédiat qui lui a permis de parler de ses traitements avec des personnes qui traversaient la même situation. L’une de ces personnes était une jeune femme dont le traitement comprenait un nouveau médicament avec un diagnostic plein d’espoir.

“Lorsque je parle du mot digne je pense à mon traitement, au traitement de cette jeune femme et à ceux de mes amis et membres de ma famille. Je pense aux moments durant lesquels on a ressenti de l’espoir, que j’associe à un rayon de lumière. Au fur et à mesure que le temps passe et que la recherche avance, plus nous soutenons cette recherche, alors plus ce rayon de lumière s’élargit pour y intégrer plus de types de cancer. Afin d’y apporter plus de lumière. Lorsqu’on reçoit un diagnostic de cancer, c’est assez sombre. Et malgré tout, le fait d’avoir vu cette affiche sur les avancées scientifiques dans la recherche sur le cancer a été pour moi un rayon de lumière.”

Comme Shirley, beaucoup de personnes ont été touchées par le cancer d’une manière ou d’une autre et ils absorbent ces histoires au sein de leurs êtres. Que ce soit au travers de dons pour la recherche sur le cancer, du fait de partager une histoire personnelle avec le cancer, ou de participer à un événement comme Read for the Cure, il y a de nombreux moyens de contribuer à déjouer le cancer, à votre façon.

“Les dons augmentent les capacités de la recherche. Ceci mène ensuite à plus de percées pour certains types de cancer: des recherches susceptibles d’illuminer les plus sombres des situations. Nous avons besoin d’élargir ce rayon de lumière pour apporter plus d’espoir à plus de gens.”

Témoignages connexes

Pourquoi Christine Biggar lit pour la cause

Christine Biggar, Toronto
Read for the cure

“De nos jours, en particulier, le cancer affecte tout le monde. Investir dans la recherche est critique.” Entre 2005 et 2006, le club de lecture de Christine Biggar a subi un grand choc à cause du cancer. “Deux de nos membres étaient en traitement pour le cancer et deux autres membres avaient des membres de … Lire la suite