Pourquoi Christine Biggar lit pour la cause

Christine Biggar, Toronto
Read for the cure

“De nos jours, en particulier, le cancer affecte tout le monde. Investir dans la recherche est critique.”

Entre 2005 et 2006, le club de lecture de Christine Biggar a subi un grand choc à cause du cancer.

“Deux de nos membres étaient en traitement pour le cancer et deux autres membres avaient des membres de leurs familles proches qui en étaient atteints. J’ai moi-même perdu mes deux parents au cancer pendant ce temps.”

La lecture a joué un rôle important dans le rétablissement des deux membres atteints d’un cancer et elles ont voulues profiter au mieux d’une situation difficile. Elles voulaient tisser des liens entre des lecteurs et des auteurs qui permettraient de collecter des fonds pour le cancer. Ce concept a vu le jour en 2007 avec Read for the Cure.

“Nous n’avions aucune idée que le premier événement au Gladstone Hotel en 2007 nous mènerait vers un futur où pendant plus de dix ans nous collecterions des fonds pour la recherche sur le cancer. Je suis très fière de l’impact positif que nous avons dans le financement d’un milieu de la recherche qui manque si souvent de fonds.”

Depuis 2007, Read for the Cure s’est transformé d’un seul événement basé à Toronto, en un événement national Canadien, organisés dans plusieurs des plus grandes villes du pays. Depuis son inauguration, l’événement a amassé plus de 1,5 millions de dollars pour la recherche sur le cancer, avec le fonds principalement axé sur les projets de recherche qui étudient les causes environnementales du cancer.

Malgré le soutien faramineux du sponsor principal Penguin Random House Canada et les nombreux événements qu’elles ont organisé jusqu’à aujourd’hui, Christine et ses co-fondatrices Emily Babiak, Sara Street et Susan Culver, n’avaient aucune idée si l’événement serait un succès lors de ses débuts.

“Nous avons toujours eu un mélange parfait d’auteurs phares et d’animateurs exceptionnels. La majeure partie du temps, ils semblent tous avoir un rapport génial qui rend les événements mémorables pour nous ainsi que nos participants. Une auteure, cependant, semblair nous échapper chaque année, Margaret Atwood. Nous avions fait la requête de l’avoir à nos événements année après année, sans succès. Nos chemins ont fini par se croiser et je lui ai demandé personnellement si elle serait intéressée. Elle a dit d’accord et s’est joint à nous deux ans de suite. Ce fût un énorme succès.”

Depuis ses modestes débuts, Read for the Cure fait don de l’intégralité de la somme amassée chaque année au Fonds environnement-cancer de la Société de recherche sur le cancer. Depuis 2017, Read for the Cure fait partie des événements signatures de la Société.

“Notre club de lecture a été affecté par une variété de cancers alors nous ne voulions pas collecter des fonds pour un type de cancer, ou une institution particulière. Nous voulions financer quelque chose où nous pouvions voir les résultats de nos efforts. Nous avons choisi la Société de recherche sur le cancer comme notre charité parce qu’ils financent non seulement des projets de recherche dédiés à tous types de cancer, mais ils financent aussi des projets qui ciblent les liens environnementaux et le cancer, ce qui était très important pour nous.”

Le partenariat avec la Société permet aussi aux participants de comprendre en temps réel l’impact de leurs contributions. En effet, chaque événement Read for the Cure comprend la participation d’un chercheur financé par la Société pour qu’ils puissent partager leurs percées.

“C’est tellement important d’avoir des chercheurs qui prennent la parole à nos événements. Vous vous retrouvez à être complètement pris d’émotions par le travail qu’ils font. C’est bon d’entendre les gens ayant été financés en partie grâce à l’achat d’un billet de Read for the Cure. C’est important et inspirant pour nous de voir les résultats. Cela nous permet de nous sentir investis.”

Vous pouvez en apprendre plus sur les événements Read for the Cure sur Readforthecure.ca.

Témoignages connexes

Until no one is dying of cancer, we need the research.

Lucy van Oldenbarneveld, Ottawa
Read for the cure

Lucy’s cancer story and the Cancer Research Society go hand-in-hand. The CBC Ottawa broadcaster is no stranger to Read for the Cure, an annual fundraising event for the CRSLucy hosted for the first time in 2014. The following year, when Lucy was invited to return as host, she had to decline. “On the day of … Lire la suite

Nous avons besoin d’amener plus d’espoir à plus de gens.

Shirley Hesje, Victoria
Read for the cure

“Lorsque vous recevez un diagnostic de cancer, cela peut vite devenir sombre. La recherche procure cette lueur d’espoir. Nous avons besoin d’accroître cette lueur. Nous avons besoin d’amener plus d’espoir à plus de gens.” Shirley Hesje est une survivante de cancer du sein, qui a élevé deux enfants et a été enseignante de maternelle jusqu’à … Lire la suite